Premiers crabes

Alors une fois n’est pas coutume, je vais commencer par la conclusion : Pêcher le crabe dans un port n’est pas une bonne idée.

Ça peut sembler une évidence pour certains, mais votre serviteur a quelquefois le besoin de les éprouver, un peu comme un gamin qui se convainc de toucher une flamme pour savoir que se brûler peut faire mal.

Je me suis acheté un beau casier à crustacé au Comptoir de la Mer du coin. J’ai un peu galéré pour ramener ça au bateau (20kg de lest dans le casier). Puis j’ai été à la poissonnerie pour récupérer des chutes qui puissent me servir d’appât (en l’occurrence, deux belles têtes de lieu). Une fois le tout fixé et arrimé : à la flotte !

J’ai bien dû remonter une dizaine d’araignées, quelques étrilles, deux crabes verts et même un tout petit tourteau ! Seule une araignée de cette population remplissait les critères légaux de taille et a fini à la casserole. C’est en la désossant que je me suis rendu compte de l’erreur…la chair souvent absente et tâchée de violet, de la vase un peu partout, bref, rien de très ragoutant qui d’ailleurs a fini à la poubelle avec en tête l’idée de retenter ma chance, mais bien plus loin d’un port.

A noter qu’en cette saison, je n’ai pêché que de petits spécimens. Probablement juvéniles, d’où leur problème de taille, qui n’a rien à voir avec ceux qu’on trouve sur les étals des poissonniers. Leurs casiers sont mouillés très au large et à grande profondeur, d’où leur possibilité de récupérer des animaux sains, entiers et adultes, donc de grande taille. Les miens sont malheureusement des ados zonards, vivant de ce qui tombe des bateaux (ce qui ne fait pas franchement envie), pataugeant dans une vase poisseuse et se battant entre eux (d’où le nombre de pattes et de pinces cassées ou arrachées que j’ai pu voir).

Que voulez-vous ? J’apprends.

Laisser un commentaire