La route vers le sud

Nous sommes le 21 octobre. Et nous n’avons pas vu passer l’été. Ni l’automne d’ailleurs. Certes les températures restent douces, comparées à la Suisse dont l’isotherme du 0°C vient titiller le sommet de la tête, mais les jours raccourcissant le “spleen” hivernal s’installe et les dépressions aussi.

Il faut se rendre compte que d’un point de vue helvétique, les dépressions se développant dans l’atlantique nord ne paraissent guère méchantes et annoncent surtout quelques jours de pluie après le passage du front chaud. Car les 800-1000km de continent jonché de foret, collines, montage, offrent tout autant d’obstacles à son déplacement. C’est un peu comme passer du bitume au sable en trottinette. Ici en “façade atlantique” nous sommes en bord de piste de bowling cyclonique. Les dépressions ont 4000km de champ libre pour prendre leur élan.

Donc pour la faire courte, faudra pas trop qu’on traînasse dans l’coin….

Il est donc fort probable que nous attendions une fenêtre météo de bonne augure assez large, au minimum 3 jours, sans grosses dépressions, afin de traverser le golfe de Gascogne sans trop tarder. Il est en effet redouté par mauvais temps, et ce pour deux raisons. D’une part les fonds remontent avec le plateau continental ce qui amène aux vagues à prendre de la hauteur. Deuxièmement le goulet géographique qui lui donne sa forme en fait une sorte “d’entonnoir” où les effets d’une tempête s’additionnent au fur et à mesure que l’on se rapproche de son fond.

Avec 6-7 noeuds de vitesse moyenne, la traversée devrait nous prendre un peu plus de 2 jours.  En espérant que les vents ne nous soient pas de face (Sud-Ouest, la moyenne de la saison), ou bien un épisode anticyclonique exceptionnel, qui ne signifierais pas beaucoup de vent. Dès lors ce sera du moteur. Tant pis pour la beauté du voyage ou simplement le repos de nos oreilles. Il nous faut passer, nous sommes en retard. Mais pas par rapport à notre voyage ou notre préparation, juste en retard par rapport à la saison.

Préparation à Port-Louis

Pour l’instant nous finissons les derniers préparatifs et parties administratives à Lorient (Port-Louis). Nous allons ensuite descendre à nouveau au port du Crouesty au début du mois de novembre pour récupérer les 800 litres de diesel “mis de côté” pendant que nous réparions notre fuite (voir l’article). Cela nous permettra également de disposer d’un bon point de ravitaillement. Et oui, dès la France quittée, fini les bonnes boites de conserve, les fromages, crêpes. Mais bon, place aux Tapas. Ce sera aussi un voyage des saveurs!

C’était quoi le titre déjà ? Ha oui, route vers le sud. Donc pour le moment notre destination première sera La Corogne. De là nous nous aviserons. Les dépressions devraient passer plus au nord, mais cela ne nous mettra peut-être pas dans d’agréables conditions météo non plus. Cela dépendra du temps qu’il fera. Un été indien nous motivera à plus explorer les côtes espagnole et portugaise. Humidité et fraicheur nous pousseront plus rapidement au sud.

Pour le moment nous pensons éviter Madère, à cause de ses conditions d’accueil anti-Covid un peu restrictives, pour davantage profiter aux Canaries. Pleins de mouillages et paysages sous des températures bien plus douces nous attendent !