Powered by SeaBlog


En visitant l'île de la Gomera et en parlant avec les gens du coin, il nous a été raconté l'histoire du Telemaco, une goélette de 27m qui appareilla de la côte sud de l'île en août 1950 avec 171 migrants  à destination du Venezuela.Après la guerre civile espagnole, ce sont les conditions socio-économiques qui ont forcé ces Gomériens à quitter les îles Canaries. Le choix du Venezuela comme des...

Chapitre 7 — À la recherche d’un mystère

De retour avec Oliver Deveau, à bord de la Mary Celeste.Derrière, une vision d’effroi le saisit à la gorge : le gouvernail tournait seul, dans les deux sens, comme si, à chaque vague battant contre la coque, un barreur invisible et fantomatique lui donnait l’impulsion nécessaire pour la compenser. Il sembla à Oliver que ce mouvement aussi calculé ne pouvait être donné que par une force qui dépassa...

Chapitre 6 - Tout va bien à bord

Environ trois semaines auparavant, en Atlantique Nord.Un bon vent de sud-ouest, constant et fort, gardait les voiles de la Mary Celeste constamment gonflées. Du pont arrière, le capitaine Briggs, armé de sa longue-vue, scrutait régulièrement les alentours avec une attention soutenue. Le soleil brillait haut dans le ciel et une heure de l’après-midi venait de sonner à l’horloge de la timonerie. Cel...

Chapitre 5 - À bord d’un fantôme

De retour en Atlantique, à bord du Dei Gratia.Un bruit de crissement de semelles tira Morehouse de sa réflexion. Oliver, son second, se tenait dans un semi-garde-à-vous droit devant lui, sa tête baissée laissant voir le haut de son visage.— Jetez un regard là-dedans. Dites-moi si vous voyez la même chose que moi. Il lui tendit ses jumelles à son tour.Sans se faire prier, Oliver s’exécuta. Il ...

Chapitre 4 - Madame Briggs

 Un mois auparavant, à bord de la Mary Celeste.— Il me manque encore deux malles !— Ma chère, vous êtes sûre qu’elles ne sont pas déjà à bord ? Vous avez été vérifier dans la cale de cargaison ? lança Benjamin Briggs, un brin narquois, assis devant sa table à carte et regardant son épouse Sarah s’agiter devant les grands équipets de rangement avec un amusement qu’il avait bien du mal à dissim...

Les 7 fantastiques

Il y a 84 jours, déjà, nous débarquions dans ce maaaarveilleux archipel. Le temps passe vite et doucement. Vite, car l'on ne le rattrape pas; vite quand l'on regarde derrière soi; mais doucement quand l'on profite de chaque instant sur le bateau.Nous avons passé 17 jours sur Lanzarote, 10 jours sur Fuerteventura, 27 jours sur Gran Canaria et 30 jours ici sur Tenerife.Avril à octobre cela nous fera...

Chapitre 3 - Un bateau ivre

 De retour en Atlantique, un mois plus tard, à bord du Dei Gratia.Visant la direction indiquée par le timonier, Morehouse trouva effectivement, apparaissant et disparaissant au milieu des vagues, un petit amas noir hérissé de ce qui semblait être une mâture. — Un brick ! dit-il, par réflexe. À cette distance, il lui était difficile de distinguer les choses avec précision, et croiser...

Chapitre 2 - Vers les docks

 Environ un mois auparavant, sur la côte américaine.— Allons allons, messieurs ! Pressons un petit peu, on ne va pas y passer la nuit !Un petit quadragénaire à la figure pâle, barrée d’une moustache finement brossée au-dessus des lèvres, le regard vif et le geste rendu nerveux par le froid humide, houspillait la poignée de dockers qui s’affairaient à charger de lourds tonneaux sur un brick fr...

Chapitre 1 - Une étrange rencontre

     À bord d’un brick de commerce en Atlantique Nord, à la fin du XIXe siècle. Après une séance d’observation sur le pont de son navire, c’était d’un pas lent que le capitaine avait regagné sa cabine pour mettre le journal de bord à jour, espérant qu’une activité tout aussi constructive qu’elle est obligatoire lui ferait passer le temps, si long et répétitif en haute mer. &nbs...

Pour ne pas devoir revenir trop tôt

Alors c’est sur qu’en voyant, ici même, toutes ces images de plage, de soleil, ça pue quand même bien les vacances. Et c’est vrai que notre train-train quotidien est passé à un bateau-bateau quotidien, moins de stress, plus de temps, un tout autre rythme.Cela dit, mis à part le bateau qui nécessite pas mal de petits travaux pour le garder propre et en état, il nous faut quand même bosser un peu. C...